L'objet du mois

Chaque mois, un objet insolite vous est proposé dans l'exposition. A vous de trouver sa fonction !
La réponse est ensuite mise en ligne avec quelques informations supplémentaires.

Spetembre 2013

Pour cloturer la saison, nous vous avons choisi un objet peu connu mais très utilisé dans les laboratoires  : le spectrophotomètre. Sous ce nom un peu barbare, se cache un appareil permettant de mesurer la concentration de nombreuses substances dans une solution.

Comment fonctionne-t-il ?

Il analyse la façon dont la lumière passe à travers l'échantillon : plus la lumière est absorbée, plus l'élément est concentré. 

Mais, direz-vous, comment fait-il pour distinguer s'il s'agit de calcium, magnésium ou sulfates ou tout autre élément ?

Il y a effectivement une astuce : chaque élément absorbe une lumière différente, une longueur d'onde différente pour employer le terme précis. Pour connaître la concentration en sulfates par exemple, on va mesurer la quantité de lumière absorbée par l'échantillon à la longueur d'onde 450nm.

Pour en savoir plus :

Eté 2013

Beaucoup ont su identifier la fonction de l'appareil (la possibilité de le manipuler vous y aidant) mais personne n' a trouvé le nom exact de ce curieux objet. Il s'agit d'une sonde piezométrique.

Quésaco?

C'est un outil permettant de mesurer le niveau de l’eau souterraine en un point donné de la nappe.

Comment cela fonctionne-t-il ?

En plusieurs endroits de la nappe, des piézomètres (des forages non exploités) donnent accès à la surface de l'eau ; on déroule alors la sonde dans ce "tube". Lorsque le capteur situé au bout de la sonde touche l'eau, un voyant lumineux et une sonnerie se déclenchent sur la sonde. Il suffit alors de déduire la profondeur en mesurant la longueur de fil descendu.

A quoi cela sert-il ?

Ce dispositif permet de surveiller le niveau des nappes d'eau souterraine et de mesurer par exemple l'impact d'un captage. Dans ce dernier cas, il y a formation d'un cône de rabattement autour du captage : le niveau de la nappe dessine un cône comme le montre la figure ci-dessous.

3 piézomètres posés à une certaine distance d'un pompage d'eau permettent de mesurer l'importance du rabattement de la nappe. En rouge, le déficit par rapport au niveau théorique dit "niveau piézométrique zéro", ici figuré par le pointillé bleu horizontal, correspondant au plafond théorique de la nappe.

Pour visualiser ces phénomènes, la Vigie de l'eau dispose de maquettes les reproduisant. Pour une demonstration, contactez-nous !

Pour en savoir plus :

Juin 2013

Cette maquette reproduit le dispositif de reminéralisation de l'eau utilisé dans certaines stations de traitement d'eau potable. En effet, dans certaines régions, l'eau est dite "agressive", elle est trop acide pour être distribuée car elle risquerait d'attaquer les canalisations et de dissoudre certains éléments nocifs pour la santé. La solution est alors de faire passer l'eau à travers de la Neutralite, matériau constitué essentiellement de calcaire qui va permettre de rééquilibrer le pH de l'eau en la chargeant en minéraux.

A l'inverse dans certaines régions, l'eau est dite "dure", cela signifie qu'elle contient du calcaire et du magnésium en quantité. L’utilisation d’une eau dure n’a pas d’incidence sur la santé. Elle a comme inconvénients d’entartrer les canalisations et les installations de production d’eau chaude.

Pour en savoir plus

Otcobre

Le dernier objet de l'année (fermeture de la Vigie de l'eau au public individuel) était un BAILER.

Il s'agit d'un tube utilisé pour prélever l'eau dans les différents points d'eau (cours d'eau, étang, puits, etc.). Maintenu à une extrémité par une ficelle, le tube est plongé dans l'eau. En remontant, une bille vient boucher l'autre extrêmité gardant l'eau à l'intérieur du tube.

Pour le voir en fonctionnement, regardez le film "Cherche avec moi"

Septembre

Ce mois-ci, nous avions corsé l'affaire : ce n'était pas 1 objet mais 3 qu'il fallait identifier...et il fallait deviner non pas la fonction mais ce que représentaient ces volumes. Quelques uns ont sû braver la difficulté, bravo!

Il fallait réfléchir en termes de proportions : 

  • Les 5,5 L représentaient les 68,9% de l'eau douce sous forme de glace
  • Les 2,5 L représentaient les 30,8% de l'eau douce en eaux souterraines
  • Les 24 mL correspondaient enfin au 0,3% de l'eau douce répartie en surface dans les lacs, rivières, etc.

La planète Terre est recouverte de plus de 70% d'eau, mais seulement 3% de cette ressource est de l'eau douce (en opposition à l'eau salée). Cette eau douce est par ailleurs inégalement répartie, seul 0,3% est disponible en surface, la majorité étant emprisonnée sous forme de glace aux pôles. Voici une animation qui vaut bien des discours !

Août

Que des gagnants !

Il s'agit bien d'une pompe immergée utilisée dans les forages d'eau pour remonter l'eau en surface.

Quelle que soit la pompe, elle est constituée de trois parties :

  • La partie moteur, qui fournit la puissance nécessaire au pompage.
  • La transmission, qui transmet cette puissance à la partie hydraulique.
  • La partie hydraulique, qui transmet cette puissance à l'eau pour la déplacer (l'aspirer et ou la refouler).

Il existe, en fait deux grands types de pompes motorisées : les pompes centrifuges et les pompes volumétriques. Ces dernières conviennent pour des faibles débits d'eau à des pressions élevées.

Pour en savoir plus :

On corse l'affaire en septembre...

Juillet

L'objet du mois est une bouteille d'eau de Seltz. En fait, il s'agit de l'ancêtre des siphons utilisés aujourd'hui pour réaliser des boissons gazeuses ou des chantillys.

Le terme "eau de Seltz" tire son origine d'une eau minérale naturellement gazeuse puisée dans la ville allemande de Selters. Dans la première moitié du XIXe siècle, science et industrie découvrent le moyen de produire artificiellement une eau gazeuse en ajoutant des sels à de l'eau plate. Les formules les plus répandues consistaient en un mélange d'acide carbonique et de bicarbonate de soude ou d' acide carbonique et de bicarbonate de potasse. Les deux sels, présentés sour forme de sachets ou de pastilles, entraient en réaction pour former du gaz carbonique à l'origine des fameuses "bulles" des eaux gazeuses.

Malgré la fabrication articifielle de cette eau gazeuse, le nom d'"eau de Seltz" est resté.

Pour en savoir plus

Juin

Beaucoup ont trouvé la fonction de cet objet mais peu ont su donner le nom exact. Il s'agit d'une crépine de forage. De manière générale, une crépine est un filtre à l’extrémité d’un tube permettant de retenir les impuretés tout en laissant passer l'eau.

Située au fond d'un forage, la crépine a pour fonction d’assurer la production d’eau sans venue de sable en induisant des pertes de charge minimales. Elle doit résister à la corrosion et à la pression et avoir une longévité maximale. Les types de crépines sont déterminés suivant la forme et le pourcentage de vides pour allier résistance et vitesse de l’eau dans les ouvertures.

Pour en savoir plus

Mai

Ce mois-ci, la réponse était dans l'exposition ! Les plus curieux ont su dénicher l'info : il s'agit d'une bougie poreuse.

Cet objet est installé sous les parcelles agricoles à environ 1,10m de profondeur et permet de prélever des échantillons d'eau. L'eau est ensuite récupérée par des techniciens de l'INRA au niveau de bornes situées en bordure de champs, puis analysée en laboratoire. C'est ainsi qu'on peut suivre la qualité de l'eau et en particulier le taux de nitrates.

Nous remercions l'Inra qui nous a donné cet objet.

Pour en savoir plus

Avril

Merci à tous pour vos nombreuses participations. Beaucoup d'entre vous ont su identifier cet objet.

                                                                                                                                                                            

Il s'agit d'un trépan utilisé pour creuser des forages permettant d'exploiter des hydrocarbures ou encore de capter l'eau en profondeur. Le mot provient du grec trupaô : « je perce ».

Les trépans de ce type sont encore appelés tricône en raison de leurs trois cônes qui, mis en rotation, broient la roche. Il en existe de toutes les tailles avec des dents en  matériaux adaptés à la dureté des roches traversées. Ils sont utilisés pour les forages de type "Rotary".

Une fois creusé, le forage est équipé pour l'expoitation : les parois sont isolées de la roche environnante avec du ciment, le fond du forage est muni d'une crépine permettant à l'eau de s'infiltrer et, dans le cas d'un forage d'eau, une pompe est installée pour la remonter en surface.

Nous remercions la Société Vauthrin Forages qui nous a fourni cet objet.

 

Pour en savoir plus :